Collections

Pics (*) façon Schneider, Canevas
Etre un Schneider en allemand,
c’est un Tailleur .
Etre une Schneider à la française,
c’est une autre façon.
Un joyeux déballage comme jour de fête,
Marché Saint-Pierre.
Un joyeux mélange de couleurs et de matières à en découdre
Une histoire de sur-mesure à l’aulne qui s’ourle de rosée,
Une histoire de cut, quand l’emmanchure traverse la Manche…
(… A reprendre plus long ailleurs)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pics(*) in Schneider’s Way, Prélude
Schneider in german means Taylor,
Schneider’s fashion, in my french,
means another way.
Stein in german means Rock,
and Rolls on Steinways.
From Piano to Opera, one more step.
Hop, Follow me, it’s french Delicatessen…
(… To follow from Prélude to Suite)

 

 

 

Degradations

Des Abstractions concrètes, de tout, de riens,  se dégradent de presque Noir et Blanc, et de toutes les couleurs.
De celles qu’on touche du bout des doigts, de celles que l’on effleure du regard quand elles vous sautent à la figure .
Des tâches de poésie qui n’échappent pas à l’objectif comme autant de traces que personne n’a voulu laissées.
Des notes parallèles qui n’attendent que réparation pour être reconnu, comme une fugue dans le temps.
(Pour une déclinaison poétique … Regarde, Regarde)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Hugging walls and listening to the poetry they whisper.
Scraping off the surfaces of appearances and flirting with the parallel universe of closed doors.
Giving streets some thought that won’t escape the lens as traces nobody intended to leave.

Creating concrete abstractions from scratch as building everything from nothing.
Fuguing in Minor notes as flying away on the air of time.
(… More to watch on a classical compositions and jazzy tempo)